Louis-Antoine Dessaulles 1818-1895
  • Éditeur québécois

Louis-Antoine Dessaulles (1818−1895) a connu un destin exceptionnel. Neveu et fils spirituel de Louis-Joseph Papineau, il incarne, non sans contradictions, l’envers de l’histoire connue du Québec. Seigneur, il est pourtant démocrate, républicain et anticlérical. Tout au long de sa vie mouvementée, il défend sans défaillance le libéralisme fondé sur la tolérance, les grandes libertés et la séparation de l’Église et de l’État. Par son activité incessante, Dessaulles donne à voir le libéralisme au jour le jour, au fil des journaux, des conférences et des grandes polémiques de son époque. Forcé de s’exiler, il vit d’abord en Belgique (1875−1878), pays biculturel, bilingue et bireligieux sur lequel il porte un regard percutant. Témoin des expositions universelles de 1878 et 1889, il passera le reste de sa vie dans la France de la IIIe République qui lui fournira une ­compensation idéologique.

Les choses ne peuvent bien aller dans un pays que lorsque chacun est à sa place : le Clergé à l’autel, l’État aux affaires. Sinon on fait des moines, pas des hommes ; on organise un couvent, jamais une nation.
L.-A. Dessaulles