Mon dinosaure
  • Éditeur québécois

Dans la lignée de Cette maison n’est pas la mienne (prix Émile-Nelligan 2009), Mon dinosaure s’ouvre sur plusieurs voix, plusieurs temps et plusieurs modes d’énonciation, où cette fois le père devient le « lieu » d’une véritable fouille, d’une collecte de récits enchâssés, d’une excavation où le passé d’un homme est investi de souvenirs réels autant que de vies imaginaires.Passant du poème lyrique à la prose, de la correspondance au poème narratif, Mon dinosaure est un livre juxtaposant plusieurs programmes de lecture. Ici, des voix et des temps se confondent – celle d’un père tantôt disparu, tantôt reprenant parole, tantôt scripteur –, puis celle d’un fils qui met en scène, en récits et en poèmes plus d’une centaine de souvenirs, de racontars, rappelant que l’histoire d’un homme ne se raconte qu’en parcelles. Métaphore filée de toutes les disparitions, la figure du dinosaure renvoie dès lors au père lointain, que François Turcot ré-assemble méticuleusement.