Atlas ou le gai savoir inquiet

L'œil de l'histoire, 3

Livre numérique

Atlas ou le gai savoir inquiet

À quiconque s’interroge sur le rôle des images dans notre connaissance de l’histoire, l’atlas Mnémosyne apparaît comme une œuvre-phare, un véritable moment de rupture épistémologique. Composé – mais constamment démonté, remonté – par Aby Warburg entre 1924 et 1929, il ouvre un nouveau chapitre dans ce qu’on pourrait nommer, à la manière de Michel Foucault, une archéologie du savoir visuel. C’est une enquête « archéologique », en effet, qu’il aura fallu mener pour comprendre la richesse inépuisable de cet atlas d’images qui nous fait voyager de Babylone au XXe siècle, de l’Orient à l’Occident, des astra les plus lointains (constellations d’idées) aux monstra les plus proches (pulsions viscérales), des beautés de l’art aux horreurs de l’histoire.
Ce livre raconte, par un montage de « gros plans » plutôt que par un récit continu, les métamorphoses d’Atlas – ce titan condamné par les dieux de l’Olympe à ployer indéfiniment sous le poids du monde – en atlas, cette forme visuelle et synoptique de connaissance dont nous comprenons mieux, aujourd’hui, depuis Gerhard Richter ou Jean-Luc Godard, l’irremplaçable fécondité. On a donc tenté de restituer la pensée visuelle propre à Mnémosyne : entre sa première planche, consacrée à l’antique divination dans les viscères, et sa dernière, hantée par la montée du fascisme et de l’antisémitisme dans l’Europe de 1929. Entre les deux, nous aurons croisé les Disparates selon Goya et les « affinités électives » selon Goethe, le « gai savoir » selon Nietzsche et l’inquiétude chantée dans les Lieder de Schubert, l’image selon Walter Benjamin et les images d’August Sander, la « crise des sciences européennes » selon Husserl et le « regard embrassant » selon Wittgenstein. Sans compter les paradoxes de l’érudition et de l’imagination chers à Jorge Luis Borges.
Œuvre considérable de voir et de savoir, le projet de Mnémosyne trouve également sa source dans une réponse d’Aby Warburg aux destructions de la Grande Guerre. Non content de recueillir les Disparates du monde visible, il s’apparente donc à un recueil de Désastres où nous trouvons, aujourd’hui encore, matière à repenser – à remonter, poétiquement et politiquement – la folie de notre histoire.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Titre 5
Copyright 6
Exergue 7
I - DISPARATES « LIRE CE QUI N’A JAMAIS ÉTÉ ÉCRIT » 9
L’INÉPUISABLE, OU LA CONNAISSANCE PAR L’IMAGINATION 11
HÉRITAGE DE NOTRE TEMPS : L’ATLAS MNÉMOSYNE 17
VISCÉRAL, SIDÉRAL, OU COMMENT LIRE UN FOIE DE MOUTON 22
FOLIES ET VÉRITÉS DE L’INCOMMENSURABLE 33
TABLES À RECUEILLIR LE MORCELLEMENT DU MONDE 46
HÉTÉROTOPIES, OU LES CARTOGRAPHIES DU DÉPAYSEMENT 59
LÉOPARD, CIEL ÉTOILÉ, VARIOLE, ÉCLABOUSSURE 70
II - ATLAS « PORTER LE MONDE ENTIER DES SOUFFRANCES » 81
UN TITAN QUI PLOYAIT SOUS LE FARDEAU DU MONDE 83
DIEUX EN EXIL ET SAVOIRS EN SOUFFRANCE 96
SURVIVANCES DE LA TRAGÉDIE, AURORE DU GAI SAVOIR INQUIET 108
« EL SUEÑO DE LA RAZÓN PRODUCE MONSTRUOS » 115
UNE ANTHROPOLOGIE DU POINT DE VUE DE L’IMAGE 125
ÉCHANTILLONS DU CHAOS, OU LA POÉTIQUE DES PHÉNOMÈNES 137
POINTS D’ORIGINE ET LIENS D’AFFINITÉ 148
ATLAS ET LE JUIF ERRANT, OU L’ÂGE DE LA PAUVRETÉ 162
III - DÉSASTRES « LA DISLOCATION DU MONDE, VOILÀ LE SUJET DE L’ART » 175
TRAGÉDIE DE LA CULTURE ET « PSYCHOMACHIES » MODERNES 177
EXPLOSIONS DU POSITIVISME, OU LA « CRISE DES SCIENCES EUROPÉENNES » 193
WARBURG DEVANT LA GUERRE : NOTIZKÄSTEN 115-118 212
LE SISMOGRAPHE EXPLOSE 231
TABLES D’ORIENTATION POUR REVENIR DU DÉSASTRE 247
L’ATLAS D’IMAGES ET LE REGARD EMBRASSANT (ÜBERSICHT) 255
L’INÉPUISABLE, OU LA CONNAISSANCE PAR LES REMONTAGES 272
NOTE BIBLIOGRAPHIQUE 297
TABLE DES FIGURES 299
INDEX BIBLIOGRAPHIQUE 305
Table des matières 381
Justification 384