L'ordinaire parisien des Lumières
  • Éditeur québécois

Le Paris de la seconde moitié du XVIIIe siècle compte près d'un demi-million de personne, des hommes, des femmes qui tous ont leur quotidien, leur quartier, leurs amis, leurs espoirs, leurs déceptions et leurs drames. À l'occasion, au détour d'une rue, ils achètent du papier et inscrivent sur celui-ci des traces de leur existence. Il se livrent , mais rarement dans l'idée de passer à l'histoire : ils notent pour expliquer, pour se rapeller ou encore pour informer des amis ou de la famille. Enfouis dans des boîtes d'archives et livrés à la poussière du temps, les trois textes qui constituent ce recueil (Détail de tout ce qui c'est (sic) passée Depuis le 30 mars 1774 ; Voyage qui n'est point sentimental, comme ceux de Mr Stern anglois; Comptabilité d'une bourgeoise anonyme ) revivent aujourd'hui et éclairent , chacun à sa façon, l'ordinaire de la vie parisienne.