Alain Grandbois est-il un écrivain québécois?

Livre numérique

Alain Grandbois est-il un écrivain québécois?
  • Éditeur québécois

Pourquoi la littérature québécoise est-elle si peu enseignée à l’école ? Pourquoi souffre-t-elle d’un discrédit dans les médias ? Qu’est-ce qu’un roman ou un écrivain dits québécois ? À partir de sa découverte des Voyages de Marco Polo, d’Alain Grandbois, œuvre inclassable et raffinée qu’il estime injustement négligée par l’institution littéraire, l’auteur réfléchit à ces questions qui refont périodiquement surface dans l’espace public. Au Québec, comme une fatalité, il semble que le mot « littérature » ne puisse venir seul. Il faut lui accoler l’adjectif « québécoise ». Or cette nationalisation à tout crin finit par se retourner contre son objet. La rectitude politique et la modernité sont le nouveau credo de l’institution littéraire. Elles ont remplacé la défense de la race canadienne-française et celle de la religion de mise aux siècles passés, mais ses présupposés n’en sont pas moins idéologiques et contraignants. Surtout, ils sont l’arbre qui cache la forêt des œuvres de valeur, éclipsées par l’idéologie souvent à l’œuvre chez ceux-là mêmes qui affirment aimer et défendre la littérature québécoise, tout en l’étouffant sous un nuage d’encens. La démonstration, faite sans fard et étayée, ne manquera pas de faire réfléchir, voire d’en faire grimacer plus d’un, tant la lucidité n’est pas toujours de commerce agréable.