Différence et contrôle social
  • Éditeur québécois

Alors que nous sommes partagés entre l’envie de nous distinguer et le désir de nous conformer, il devient souvent plus convenable de nous mouler aux autres. Les individus trop dissemblables sont vus tantôt comme des menaces, tantôt comme des êtres dont il ne faut pas tenir compte. Le pouvoir politique et économique a toujours bien compris les avantages à contrôler les différences.
Longtemps, les sociétés occidentales s’en sont prises à des boucs émissaires : par exemple, l’hérétique, le juif, l’homosexuel, l’étranger, le fou et le handicapé. Peu à peu, avec la reconnaissance des droits humains, il est devenu moins acceptable d’opprimer les gens différents, ce qui a coïncidé avec l’industrialisation, puis avec la mondialisation. Est alors apparu un individu formaté, uniforme, consommateur et facile à contrôler.