À qui la rue?

Répression policière et mouvements sociaux

Livre numérique

À qui la rue?
  • Éditeur québécois

Des policiers « forcés » d’intervenir pour arrêter des « casseurs » qui s’infiltrent dans des manifestations « radicales ». Ce type de récit est largement véhiculé par les médias de masse, mais correspond-il à la réalité des faits? Ne sert-il pas davantage à justifier la répression policière qui s’abat depuis une quinzaine d’années sur les mouvements sociaux un peu partout en Occident? Au Québec seulement, il y a eu plus de 4 500 arrestations liées aux événements du Printemps érable, sans compter les nombreux cas de blessures graves .

À QUI LA RUE? offre les outils théoriques, politiques et historiques pour comprendre que ces arrestations de masse ne sont pas le résultat de contestations turbulentes, mais bien le fruit d’un profilage politique. Les policiers opèrent ainsi une distinction entre les « bons » et les « mauvais » manifestants : ceux qui, du point de vue des autorités, ont des revendications légitimes (les salariés, les « pères de familles »...) et ceux qui contestent l’ordre social (les jeunes, les anarchistes...). Or, ce profilage politique brime la liberté d’expression et la liberté d’association reconnues dans les chartes de droits.

Cet ouvrage examine la dynamique entre les mouvements sociaux et les forces policières en Europe et en Amérique du Nord depuis l'émergence du mouvement altermondialiste. Il analyse les cas du Sommet du G20 à Toronto (2010) et du Printemps de la matraque au Québec (2012-2013) et traite de l'infiltration policière et des mobilisations contre la brutalité de la police.

Et si la répression à caractère politique n’était pas l’apanage des régimes autoritaires?

Table des matières

Table des matières
À qui la rue? 1
Table des matières 5
Remerciements 8
Introduction. Répression policière et mouvements sociaux 9
Les effets du 11 septembre 2001 sur le mouvement altermondialiste 40
La police des foules en Europe 75
La délicate violence du policier sans uniforme 95
Broyer du noir. La répression policière de la « déviance politique » au Québec 122
Le droit de manifester en péril ? Le cas du Sommet du G20 à Toronto 159
Printemps érable ou Printemps de la matraque ? Profilage politique et répression sélective pendant la grève étudiante de 2012 198
Conclusion. Contre l’apitoiement. L’auto-organisation face à la répression politique 242
Annexes / TABLEAU I – Mobilisations policières contre le mouvement altermondialiste 261
TABLEAU II – Répression policière contre le mouvement altermondialiste 262
TABLEAU III – Arrestations politiques au Québec (1996-2011) 263
TABLEAU IV – Répression policière contre la manifestation annuelle du 15 mars contre la brutalité policière à Montréal 267
TABLEAU V – Répression policière contre le mouvement étudiant au Québec (1990-2011) 268
TABLEAU VI – Arrestations durant la grève étudiante de 2012 271