La Fabrique de l’extrême

Les pratiques ordinaires de l'excès

Livre numérique

La Fabrique de l’extrême
  • Éditeur québécois

Les Taupes frénétiques posaient le constat de la multiplication des phénomènes de montée aux extrêmes, tant dans le domaine du spectacle que de la vie quotidienne.
Partout il faut capter l’attention, éclipser la concurrence. Il faut se démarquer. L’existence est à ce prix. Il faut se faire remarquer. Parmi des millions d’autres qui veulent se faire remarquer.
Le simple fait d’exister, de se produire comme individu, devient un exercice de plus en plus extrême, dans un milieu qui lui-même l’est de plus en plus, marqué par le foisonnement des processus d’escalade, des dispositifs de prolifération et des pratiques de transgression.
L’omniprésence de l’extrême, qui apparaît partout comme normale, ce livre en poursuit la mise au jour dans les processus, les structures et les modes d’organisation de la société.
Par leur effet structurant, ces activités, qui sont marquées au coin de ce qu’on pourrait appeler l’extrême ordinaire, constituent en quelque sorte la Fabrique de l’extrême.

Table des matières

Table des matières
La Fabrique de l’extrême 1
Introduction - fabriquer de l’extrême 11
I - Les dispositifsde contrôle 13
A - La religion : parole unique et sens préfabriqué 15
B - La politique : spectacle et manipulation 65
C - La guerre comme mode de pensée hégémonique 129
II - L’empire du fonctionnement 173
A - l’enfermement technologique 175
B - L’humanité à gérer 213
C - La fête comme extase programmée 257
III - Le profit à tout prix 273
A - Le fondamentalisme économique : greed is good 275
B - Le triomphe des prédateurs : greed is god 347
C - Mafias et multinationales : greed is greed 391
Conclusion 425
Annexe - L’expérience Victor Prose 435